HALTE AUX MENSONGES

HALTE A LA DICTATURE PAR LA PEUR

                                                                                                                                Villepinte le 05 juin 2019

Depuis plus de trente ans de syndicalisme jamais nous n’avons connue un tel déchainement de violence verbale, de mensonges et d’acharnement à s’approprier ce dont on n’a pas fait.

L’article 80 est l’article qui bouleverse notre activité, l’article 80 a été présenté par la ministre de la santé au Conseil des Ministres qui a été ensuite débattu à l’Assemblée Nationale et au Senat pour être adopté par les deux Chambres.

Dès que nous avons eu connaissance à travers les 44 préconisations de l’IGAS nous avons souhaité rencontrer la DGOS, l’IGAS et nous avons fait des dossiers pour connaître le contenu de cette Loi.

La Loi a été publié au Journal Officiel mais comme pour certaines Lois nous espérions que les décrets d’applications ne paraîtraient pas.

Cette Loi publié nous avons immédiatement tout mis en œuvre pour que le Ministère de la Santé prenne conscience de l’application de cet article 80.

CE NE SONT PAS LES FORMATIONS SYNDICALES QUI ONT SIGNEES LA LOI CE SONT LES DEPUTES ET LES SENATEURS QUI ONT VOTE CETTE LOI.

IL EST FACILE APRES AVOIR CREEE LE GRABUCHE DE RECEVOIR CERTAINS AMBULANCIERS LORS DES MANIFESTATIONS MAI C’EST EUX QUI L’ONT FAIT ET NON LES FEDERATIONS.

AUJOURD’HUI CERTAINES PERSONNES SE PERMETTENT DE NOUS ENVOYER UN COURRIER D’AUTRES NOUS APPELENT     IL EST VRAI QU’IL Y A LES ELECTIONS EUROPEENNES.

Il y a eu au mois de novembre 2018 une mobilisation des ambulanciers sur tout le territoire, les formations syndicales n’ont pas participées à ces manifestations non pas par indifférence comme certains ont pu le dire NON mais parce qu’elles étaient déjà en négociation.

Il est vrai que ceux qui ne paye pas d’adhésion ne pouvaient pas être avisé de ces négociations.

Et à partir de ce jour mensonges après mensonges aidé en cela par les réseaux sociaux, et par la virulence des propos tenus on m’a proposé de rencontrer certaines personnes (5) des ambulanciers en colères.

Les propos de la F N A A étaient pleins de sagesses et elle a confirmé que les intentions et le ou les mouvements étaient justifiés.

Cependant la façon d’aborder cette situation de façon désordonnée n’était pour la F N A A  la bonne solution, la F N A A s’est exprimée en invitant partout sur le territoire que par petits groupes dès le samedi suivant les ambulanciers devaient se rendre dans les permanences des Députés et des Sénateurs pour leur exprimer leur colère devant le vote de cette Loi et donc de cet article 80 et qu’ils penseraient à eux le jour ou arriverait un vote que ce soit pour l’Europe, la Nation ou départemental.

De plus lors de nos prochaines négociations (puisque nous étions déjà en négociation contrairement à ce qui était dit) il serait souhaitable d’avoir la participation devant le ministère de la Santé pour que nos interlocuteurs puissent sentir cette puissance de nos revendications monter.

Après avoir débattu avec les représentants de cette future Association ceux-ci ont préférés marcher tout seuls croyant pouvoir obtenir ce dont nous par la négociation nous étions en train de débattre.

Il y a eu une formidable mobilisation mais dans le désordre, nous avons vu apparaitre des égos surdimensionnés parmi certaines personnes de cette Association qui aurait dû plutôt que de marcher seule unir nos efforts, nos démarches, nos propositions.

Nous avons évoqué également le problème des plateformes, quelle hypocrisie alors qu’au sein même de cette association certaines personnes possèdent des plateformes de qui se moque-t-on ?

Parce que certains intervenants dans le secteur du transport assis de patients et non du T A P puisque le TAP est réservé uniquement aux VSL et taxis comme le confirme la CNAMTS et le ministère de la Santé oui pourquoi assister à une manifestation avec il me semble 14 véhicules alors que nos efforts devraient être mis en commun pour défendre les intérêts de notre profession.

Des propos par courrier et sur les réseaux sociaux m’ont été colportés car je ne suis pas cette façon dont certaines personnes s’exprimes ou mon nom a été cité tout ces propos sont faux jamais nous n’avons interdit à qui que ce soit d’être entendu je ne dis bien jamais cependant nous avons souhaité que les représentants de l’association qui n’est pas un syndicat soit entendu sous le terme personnes qualifiées comme le préconise l’IGAS.

Il faut rétablir des vérités et non fabuler ou interpréter ce qui s’est soi-disant dit     d’ailleurs le jour de la réunion A R S Ile de France le Président de cette Association m’a serré la main pour me dire bonjour.

Je confirme que les propos de peur de haine ne sont pas admissibles notre profession est malade de part ce qui a été voté par les parlementaires sur proposition de la Ministre de la Santé au Conseil des Ministres mais pire encore avec les positions adoptées par certains responsables d’associations.

En ce qui concerne la F N A A depuis 1986 est à aucun moment elle n’a négligé son rôle de formation syndicale représentative elle a toujours défendue, aidée, soutenu l’ensemble des entreprises adhérentes ou non.

Notre position au sein de la Confédération souhaité par toute la profession était de contribuer à l’amélioration des conditions de notre exercice, peut-être avons-nous anticipé les modifications souhaitées ; les salons d’accueils, les documents et les prescriptions médicales de transports la formation, les relations avec les hôpitaux.

Soyons dignes de nos fonctions respectives au sein des diverses organisations syndicales représentatives laissons nos égos pour au contraire aider, proposer pour notre avenir des conditions d’exercice, de rentabilité et de sérénité pour l’ensemble de la profession.

 

Le Président de la F N A A

 

Monsieur Jean-Claude MAKSYMIUK

FNAA

GRATUIT
VOIR